© 2009 l'escargotier

De la production d'escargots à la gestion holistique

Développer un projet selon ses besoins et les principes étiques de permaculture

J'alimenterais continuellement cette page internet pour transcrire au mieux mes observations, recherches et expérimentations sur ce sujet. Un sommaire permet de comprendre les points que je souhaite aborder, d'autres s'ajouteront par la suite. Selon le temps que je peux y donner je recevrais avec plaisir vos remarques et propositions afin de compléter ce travail (yvesjoignant@hotmail.com). Si des personnes (étudiant en permaculture par exemple) souhaitent travailler sur ce sujet il est possible de créer un groupe de recherche et d'expérimentation. Des compétences dans la relecture et dans l'amélioration des croquis seraient intéressantes.

 

Présentation et contexte

 

Suite à mon expérience dans l'héliciculture, j'ai développé et testé en partie un système de production suivant les stratégies présentées par Allan Savory. C 'est en terme d'échelle que le concept est différent, Allan savory travaille sur des systèmes à grandes échelles au km2 pour reverdir les déserts alors que le système que je propose est à l'échelle d'une micro ferme au m2 afin d'en accroitre la fertilité. La stratégie reste la même, faire ce succéder différents élevages et cultures afin de créer un cycle complet pour l'agradation des sols, la gestion des prédateurs et des maladies, stockage de l'eau et du carbone, tout en produisant un maximum sur la plus petite surface possible et en visant un temps de travail réduit. Bien d'autres stratégies se sont ajoutées à cela pour proposer un système complexe mais simple à gérer.

 

Cette réflexion est l’aboutissement de recherches menées sur mes parcs à escargots débutées en 2008 suite à ma formation en BPREA option héliciculture au lycée professionnel de château farine à Besançon.

Durant mes premières années d’installation, plusieurs problématiques se sont à la suite traduites en solutions:

  • prédation par les musaraigne,

  • prolifération des limaces et donc une prédation sur l'aliment des escargots,

  • solidité réduite et praticité de la structure des parc- rectangulaire,

  • temps de travail important à l'entretien de la végétation,

  • besoin de beaucoup d'intrants pour la réalisation des plats cuisinés en vente directe,

  • lassitude et manque de résilience à travailler avec une seul production...

 

C'est donc aussi contre les nombreux aspects négatifs de la monoculture que cette réflexion de diversification s'est mise en place. J'ai également observé qu'il y avait dans mes parcs des ressources à valoriser qui permettaient de créer un produit original de qualité toute en réduisant les dépenses, comme par exemple la récolte des ortie ou d'autres végétaux sauvages spontanés ou initialement cultivés pour les escargots et bien d'autres ressources encore.

La problématique principale est qu'en installant un parc d'élevage spécifique on crée une niche écologique pour d'autres Dans mon cas la musaraigne, qui peut manger plusieurs fois son poids par jours, et qui de plus ne consomme que le foie (épathopancréas) de l’escargot. Il lui faut donc sacrifier plusieurs escargots par jours pour se rassasier. Mon premier réflexe fut de lutter contre. Mon installation en agriculture biologique et mes convictions éthiques m'ont fait expérimenter plusieurs méthodes «naturel» comme la lutte intégrée avec des furets mais cela ajoute un temps de travail supplémentaire par les soins à apporter au furet. De plus ces derniers qui ont réussit à fuir leur espace ont finalement préféré saigner les canards d'ornement de mon voisin cela m'a fait signe que je n'étais pas sur la bonne piste...

 

La permaculture m'a permis de redéfinir mon élevage et tous ce qui va autour... Partager mon expérience permettra je l’espère de rendre service à ceux et celle qui souhaiteraient mettre en place un élevage d'escargot toute en permettant de produire bien d'autres ressources comme : légumes et plantes comestibles ou à d'autres vocations, volaille, cochon, cochon d'inde, chèvre et produit laitier, céréale... en prenant soins d'eux et en laissant derrière leurs actions un sol agradé ou un système de production facile à transmettre et à entretenir. Ce système et biensur un zoom sur un ensemble d'éléments qu’il est important d'ajouter. Pour le protéger des vent dominant par exemple avec une haie (piège à chaleur) pour créer un micro climat. Il est important aussi de comprendre qu'il peut être mise en place à différente échelle selon les besoins et les caractéristique du lieu. Rien n'est figé chaque installation sera différente le plus important c'est comment l'adapter aux contexte.

 

La surface dont je dispose pour ces expérimentations et trop faible pour permettre de confirmer toutes ces idées. Je propose donc au Lycée agricole de château farine experts dans le domaine de l'héliciculture de croiser nos recherches. De plus un projet d’installation agricole à Notre Dame de lande permet de mettre en application cette stratégie de production dans leur contexte. Il est possible que je parraine d'autres projets afin d'étudier cette gestion holistique sur différents terroirs et ainsi en sortir un rapport permettant de concevoir des productions par le management holistique dans différents contextes qu'il soient climatiques, culturels ou autre.

 

Sommaire

 

  • Présentation générale

  • Historique de l’élevage de l'escargotier

  • Les parc : leurs formes, dimensionnement, construction...

  • Forme naturel : la pattern hexagonale / la spirale

  • Les outils : serre mobile / enclos spécifique / filet / arrosage

  • Les animaux : espèce / caractéristique

  • nurserie et phase de reproduction

  • l'élevage

  • ferme à protéine

  • les végétaux : spontanée et culture

  • Les prédateur et maladie

  • les différentes phase (rotation)

  • planification / temps de travail / rotation

  • économie

  • valorisation : récolte / transformation / stockage

  • Ressource : dossier BPREA 2007

  • Références

Présentation générale

Afin de dimensionner le projet, il est important d'avoir une vue d’ensemble puis d'analyser chaque éléments en détail. Chiffrer le projet est essentiel, tout en se posant continuellement des questions : quelles ressources je cherche à en tirer, combien de temps je dispose, quelle quantité d'escargots, quel taille minimum pour un enclos à cochon, de quel matériaux je dispose, quelle race et quel sont ses caractéristiques... On ne sais pas ou commencer ? construire le parc pourrait être la première phase. Voici donc une brève vision d’ensemble pour commencer à réfléchir à la complexité du système. Chaque dessin et un exemple, il y a une multitude de façons d'agencer et d'aménager les alvéoles, l'objectif et de trouver en amont de la mise en œuvre ce qui sera le plus adapté aux besoins des utilisateurs tout en consommant le minimum d'énergie à la construction et pour la maintenance du système.

< Une rotation et effectuer selon plusieurs facteurs : les saisons, la quantité d'animaux, la taille de l’alvéole, le cycle des végétaux... (voir plus tard dans planification)

Pour expliquer de manière simpliste on peut ordonner les différentes phases dans cet ordre :1-culture pour les escargots / 2-élevage des escargots / 3- volaille (poule et canard) / 4-chévre (débroussaillage) / 5-cochon (labour) 6-culture potagère et céréale. Il est possible de faire intervenir les volailles plus souvent ou de combiner deux types d’animaux par exemple introduire des cochons d'inde avec les escargots (gestion de la végétation et des prédateurs)

Il est intéressant de voir le projet avec un minium de six parcs et d'une surface de 50 à 150 m2 mais encore une fois, cela ne peut être définie qu'avec un chiffrage de l’ensemble du projet

Chaque élément qui compose l’installation est réfléchi; exemple pour les chemins. Ils peuvent être en mulch, car les bâches ou toile tissée sont un refuge pour les rongeur, c'est aussi long à installer, difficilement recyclable (de récup' dans l'éthique, elles ont tout de même l’avantage de bien couvrir. De plus souvent de couleur noire elles absorbent la chaleur. Cependant le mulch doit être adapté dans mon cas en Normandie je peux me procurer un déchet de linerie la paillette de lin. Elle est bien couvrante, durable dans le temps d'une à deux saison; permet de bien voir si on ne marche pas sur les escargots, et sa structure ne permet pas aux escargots de s'y introduire. Ce mulch est aussi du carbone et à la fin du cycle il est dispersé par les volailles et cochons avec les excréments et les urines. Carbone + Azote = équilibre pour la fertilité du sol et favorisé donc les cultures.

< un autre exemple de  positionnement des alvéole

      protection contre le vent  et parabole pour micro climat

Un ensemble d’accessoires peut être mobile est déplaçable d’alvéole en alvéole et aussi multifonctionnel dans le temps. Par exemple ,une mini alvéole peut être placée au centre et devenir nurserie pour les escargots puis un abri, pour la volaille puis le cochon ou encore un enclot pour anticiper l'arrivé de culture dans une alvéole ou il y a des animaux.

Une autre structure peut être mise en place comme un dôme qui peut devenir une serre ou un abris pour le stockage du matériel ou encore un filet pour la prédation par les oiseaux. Il est donc préférable que les alvéoles soient bien régulières pour pouvoir interchanger ce dome et qu'il trouve bien sa place.     Exemple de construction de dôme sur une base hexagonal >

Les parc leurs formes, dimensionnement et construction

 

l’hexagone est une forme qui offre plusieurs avantage pour la construction des parcs :

  • Robustesse par la triangulation

  • forme demandant le moins de matériaux pour la plus grande surface intérieure

  • permet de profiter des propriétés du cercle avec moins de contraintes pour la construction

  • parcourt de circulation intérieur réduit pour une grande surface atteignable (trou de serrure)
     

Les clôtures peuvent être réalisées de différentes manières il est possible également de les rendre mobiles. Il faut faire attention à ne pas entrer dans un travail de trop grande envergure, mais il faut aussi penser qu'en utilisant des matériaux faciles comme le plastique vous en retrouverez disséminé en morceau dans le sol, les racines, les rongeurs, le vent, le soleil vont assez rapidement le déchiqueter. Enfin une fois hors d'usage on en fait quoi ? C'est un matériaux pratique mais c'est aussi un élément toxique. J'ai opté pour des murs en plessage remplis de terre argileuse avec de la chaux. Le défaut dans ma construction c'est que j’aurais du être plus exigeant sur la planche horizontale qui protège des pluies: l'inconvénient c'est qu'il faut refaire une passe d'enduit tout les trois ans comme certaines constructions en Afrique; l'avantage c'est que si j'arrête, c'est compostable ,et cela apportera un apport en calcaire pour corriger l'acidité du sol.

La hauteur des clôtures qui me semble idéale c'est le plus haut possible mais qui peut être enjamber. Si ces clôtures sont suffisamment solides elle peuvent aussi être des passages de circulation 

exemple de clôture avec un mélange antifuite savon noir et végétaline >

Ressources

dossier pour l’examen au BPREA option héliciculture en 2007

Ce dossier prévisionnel n'a pas êté la réalité mais l'esprit sur un engagement

environnemental fut garder et même largement dépassé.

La diversification du projet, mes choix de vie et la permaculture m'on fait suivre

un autre parcourt mais toujours avec la production d'escargot et l'apiculture.

Le prévisionnelle financier pour la DJA dotation jeune agriculteur que j'ai reçu, n'a put

être atteint en terme d'objectif de revenue mais les dépenses fût également très réduite.

RRR : réduire, réutiliser et recycler son avec les objectifs d'autonomie (collective)

la forme d'économie qui m'a permis de resté agriculteur ou plus précisément

Paysan Permaculteur et de bénéficier d'une richesse qui n'est pas basé sur l'argent,

mais la construction de mon système sains et épanouissant...

références

Allan Savory – vidéo TED: Management holistique

Bill Mollison -  livre : permaculture 1 / permaculture 2

Steve Read - livre : le génie de la permaculture

PDF BPREA 2007